l\'indigné

Pourquoi parler de "crise" ?

 

 

 

Je vous transmets le texte, cela peut servir de groupe de réflexion

 

Pourquoi parler de crise ?

Posted on 22 avril 2012 by risc

Ce que nous voulons attaquer c’est le discours dominant qui explique que les causes de la crise actuelle sont à chercher dans le mauvais capitalisme financier. Nous pensons que la crise financière n’est qu’un symptôme d’une maladie plus profonde et qu’il s’agit en fait d’une crise du capitalisme lui-même. Ses conséquences seront certainement terribles mais ce sera peut-être aussi l’occasion de remettre en cause le capitalisme dans ses fondements mêmes.

 

 

De l’extrême droite à l’extrême gauche, on entend partout aujourd’hui un même discours: l’économie réelle serait saine, seule une finance ayant échappé à tout contrôle mettrait en danger l’économie mondiale.

 

 

Dans une version plus conspirationniste, la crise ne serait qu’un prétexte, une stratégie des capitalistes eux-mêmes qui seraient en réalité en parfaite santé. Car, en fait, ces gros menteurs ont un trésor bien caché qu’il faudrait trouver pour ensuite le redistribuer à tous les pauvres. C’est pourquoi de la gauche à la droite on propose de raboter les niches fiscales et de trouver l’argent caché pour le réinjecter dans les États.

 

Photo

 

 

Ce discours se décline de différentes manières selon qu’on désigne les traders comme seuls responsables ou qu’on dénonce la partialité des agences de notation, ce qui revient à accuser le thermomètre en cas de fièvre. Mais par-dessus tout, « c’est la faute à la finance et à l’endettement », ou comment confondre la maladie et le symptôme.

 

 

Or, il est impossible de séparer le bon capitalisme productif du mauvais capitalisme financier. Il n’existe pas d’un côté une économie qui produit des richesses et de l’autre une économie virtuelle, une finance parasitaire; il s’agit des deux faces d’une même réalité. Depuis le début de l’économie capitaliste, celle-ci ne peut fonctionner sans la finance, c’est-à-dire le crédit, les Bourses, la spéculation.

 

 

Les dirigeants de tous bords se foutent de nous quand ils réclament un encadrement rigoureux de la spéculation, car c’est tout le système qui, dans sa phase actuelle, a besoin de la spéculation et du crédit. Les causes les plus profondes de la crise actuelle ne sont à rechercher ni du côté de la spéculation, ni du côté de l’endettement. Les achoppements financiers récents : crise des subprimes, crise de la dette, krachs boursiers à répétition, rôle des agences de notation, menace de faillite des États…tout cela est avant tout l’expression d’une crise du capitalisme lui-même.

En effet, le capitalisme est confronté à une contradiction récurrente: d’un côté, il lui faut diminuer (ou en tout cas limiter) les salaires pour baisser les coûts de production et maintenir les profits. D’un autre, il faut que les consommateurs aient suffisamment de revenu pour acheter les marchandises produites.

 

 

Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, dans les pays d’Europe occidentale, d’Amérique du Nord et au Japon, l’expansion rapide de l’économie permettait de contenir et repousser les effets négatifs de cette contradiction. On augmentait les salaires, mais on augmentait plus encore la production. On rendait marchands de nombreux secteurs qui ne l’étaient pas auparavant, comme aujourd’hui on est en train de le faire avec l’éducation, la santé ou la sécurité. On fournissait à coûts plus bas (par l’effet de l’industrialisation et de la massification) une foule de produits plus nombreux, et qui faisaient vivre les prolétaires tout en maintenant les bénéfices. Pour développer la production de cette manière, il fallait que la consommation envahisse la société entière, avec tout ce que cela signifie: publicité, manipulation du désir, production d’une foule de saloperies destinées à satisfaire des besoins socialement créés.

 

le système de santé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le meilleur système de santé du monde

 

 

 

Au moins il nous restait ça et c’était le plus important, car tant qu’on a la santé...

 

Mais voilà, ce système de santé qui avait réussi à s’imposer face au système libéral a perdu du terrain. Dépassement d’honoraires, internes sous payés, patients qui renoncent à se soigner, déserts médicaux, toujours moins de remboursement, une privatisation rampante depuis trente ans, une santé à deux vitesses...

 

Vous vous souvenez de l’avertissement d’Ambroise Croizat, le fondateur de la Sécu : "Ne parlez pas d’acquis, en face, le patronat ne désarme jamais".

 

Le meilleur système de santé du monde (2) ,

 

LE MEILLEUR SYSTÈME DE SANTE DU MONDE (II)

Une santé égalitaire et solidaire. C'était le but de la Sécurité Sociale et des pionniers du système de santé français. 

Mais, libéralisme oblige, la santé est devenue un marché comme un autre. De plus en plus inégalitaire, de plus en plus dominée par les lobbies pharmaceutiques, les assurances privées et le corporatisme.

Suite du reportage d'Antoine Chao.
France Inter, 15 heures.

 

Le meilleur système de santé du monde (3)

 

 

 

"Là-bas si j'y suis" 10/12/12 le système de santé 
A écouter ou ré écouter ^^
http://media.la-bas.org/mp3/121210/121210.mp3

 

 

 


 

 

 

 

Une santé égalitaire et solidaire. C’était le but de la Sécurité Sociale et des pionniers du système de santé français.

 

Mais, libéralisme oblige, la santé est devenue un marché comme un autre. De plus en plus inégalitaire, de plus en plus dominée par les lobbies pharmaceutiques, les assurances privées et le corporatisme.

 

 

 


 

 

 

Reportage Antoine Chao. Suite du reportage d’Antoine Chao.

 


 

 

 

Programmation musicale :

 

-  Dave Brubeck : "Take five"

 

-  Christophe Bell Oeil : "Je ne vois pas le monde"

 

 

 


 

 

 

Bibliographie :

 

L’hôpital malade de la rentabilité de André Grimaldi
éditeur : Fayard
parution : 2009


Infirmières, le savoir de la nuit de Anne Perraut Solivères
éditeur : Presses Universitaires de France - PUF
parution : 2011

 

A lire : Le capitalisme nuit gravement à la santé - citoyenactif

 



11/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres